Au regard des conditions préconisées par l’Anses (avis du 10 juillet 2017 à la suite de la saisine 2016-SA-0245), considérant le dernier cas dans l’avifaune détecté en France (23 mars 2021), un d’abaissement du niveau de risque à “modéré” a été fixé par arrété ministériel du 24/04/2021 ( mis en pièce jointe).

Sachant que le département du Puy-de-Dôme ne contient pas de communes classées en ZRP ( zone à risque particulier) selon l’arrêté du 16/03/2016 ( liste des communes en annexe 3),  les mesures de biosécurité renforcées à appliquer sont les suivantes :
–         la surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux ;
–         l’interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France ;
         la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

La mise à l’abri des volailles par claustration (ou filets) reste OBLIGATOIRE dans les communes situées en zone à risque particulier (ZRP). Pour le reste du territoire national, les volailles pourront de nouveau sortir.

De même les rassemblements d’oiseaux à l’occasion des foires, marchés, expositions sont à nouveau autorisés , hormis dans les communes à  zone à risque particulier et pour les exposants/éleveurs issus de ces zones.

Toutefois, la situation sanitaire n’est pas totalement sure ; plusieurs foyers, plus particulièrement en basse-cours, en France et dans les Etats membres sont toujours détectés.
Chaque opérateur se doit de rester vigilant et maintenir des règles de biosécurité efficaces pour prévenir l’apparition de maladies réglementées. Chaque opérateur doit également veiller régulièrement à l’état de santé de ses oiseaux et alerter sans délai soit son vétérinaire sanitaire soit l’autorité administrative compétente (DDETSPP ou DDPP) de l’apparition de symptômes cliniques ou baisses de production.